Make your own free website on Tripod.com

Interlingue


Langue des mots internationaux

Sans cesse les moyens qu'ont les hommes de communiquer entre eux s'améliorent et par suite, la terre sembla se rappetisser, écrivait en 1918 le grand linguiste français A. Meillet. Il ajoutait que la connaissance des grandes langues européennes ne suffirait plus à qui voulait se tenir au courant de toute civilisation moderne. Vrai en 1918, cela ne l'est-il pas davantage aujourd'hui? La terre continue à se rappetisser et la diversité des langues reste une gêne constante et croissante... Sans doute, si toutes les nations se mettaient d'accord pour adopter une langue seconde, les relations entre les gouvernements et les individus en seraient grandement facilités. Oui, mais quelle langue adopter?

Une langue nationale?

Les uns recommandent l'anglais, d'autres le français, d'autres encore l'espagnol, le russe, etc. Chacun a de bonnes raisons pour mettre en valeur sa préférence, mais personne ne veut accepter la suprématie linguistique d'un autre pays qui, fatalement, entraînerait une influence politique et économique. Le projet de bilinguisme mondial (franco-anglais) a échoué à l'Assemblée Consultative Européenne de Strasbourg, par suite de l'opposition des délégués italiens et allemands. D'autre part, l'étude sérieuse d'une langue étrangère exige de longues années d'efforts.

Le latin?

Devant l'impossibilité d'une langue vivante comme langue auxiliaire, on a pensé à remettre en faveur le latin. Mais, même simplifié, le latin serait encore trop difficile et, par surcroît, incapable de traduire toutes les notions de la vie moderne.

Une langue artificielle

Ni une langue nationale, ni le latin, alors quoi? Une langue artificielle, neutre, facile pour tous? L'Espéranto semblait apporter cette solution, mais malgré plus de cent ans de propagande intensive, il n'a pas réussi à s'imposer. Ses succès ne dépassent pas les limites du monde de ses adeptes, quelques dizaines de milliers. Jamais, par exemple, un congrès international non espérantiste n'a employé l'Espéranto comme langue commune. Aussi, pour l'observateur impartial, l'espérantisme apparaît-il comme une sorte de confrérie de braves gens qui se soucient beaucoup plus d'idéalisme pacifique que d'exigences linguistiques. Enfait, les espérantistes se contentent d'une langue suffisante pour eux, mais insuffisante pour les autres. Il serait trop long d'exposer ici les vices rédhibitoires de l'Espéranto. Nous nous bornerons à en mentionner brièvement quelques-uns: l'alphabet comporte des lettres spéciales qu'on ne trouve pas dans les imprimeries ni sur les claviers des machines à écrire, pauvreté et imprécision du vocabulaire, nombreux mots fabriqués de toutes pièces, dérivés artificiels constituant souvent de véritables rébus, une grammaire encombrée d'éléments inutiles tels que l'accusatif et l'accord de l'adjectif, et déformation des mots scientifiques et techniques universellement connus, etc.

La vraie langue internationale

Ainsi, après avoir éliminé la solution langue nationale, celle du latin et celle d'un langage artificiel comme l'Espéranto, le problème reste entier. Nous allons voir cependant comment il a été résolu scientifiquement.

Tout d'abord, il importe de savoir que la langue internationale ne peut pas être une mixture plus ou moins savante de tous les idiomes du monde: un tel système serait horriblement compliqué et absolument imparlable. Pour qu'une langue soit vraiment une langue, il faut qu'elle ait une certaine homogénéité.

En réalité, la langue internationale existe: on la trouve en puissance dans les grandes langues européennes qui ont en commun plus de 10 000 mots et qui sans cesse enrichissent les autres groupes linguistiques. Il suffit donc d'extraire ce vocabulaire, de le compléter par des éléments aussi internationaux que possible, de standardiser la forme de ces mots, d'établir une grammaire simple et une dérivation régulière permettant de retrouver automatiquement tous les mots d'une même famille dans leur forme naturelle, enfin de bannir les idiotismes ainsi que les sons qui peuvent présenter une trop grande difficulté pour tel ou tel peuple. Pendant 25 ans, un érudit esthonien, Edgar de Wahl, a travaillé sur ces données rationnelles du problème et il a abouti à une langue construite, nullement artificielle, qui constitue la synthèse des grandes langues de civilisation et qui porte aujourd'hui le nom d'Interlingue, après s'être appelée Occidental.

Utilisation pratique immédiate

L'immense supériorité de l'Interlingue, c'est que ce n'est pas une langue d'initiés, réservée à ses seuls adeptes, mais dès aujourd'hui on peut l'utiliser sans attendre que le monde entier l'apprenne. Elle possède un champs d'action énorme, car elle est pratiquement comprise par toute personne dans tous les pays où a pénétré la civilisation anglo-latine. Naturellement, nous ne parlons pas d'illetrés, mais de gens ayant une instruction moyenne. C'est pourquoi, dans leur propagande, les interlinguistes emploient surtout des textes en Interlingue: c'est leur meilleure publicité.

L'Interlingue n'est pas un simple projet

On touve des adeptes de l'Interlingue dans plus de 40 pays, sur tous les continents, et une organisation universelle, l'INterlingue-Union, dont le siège est en Suisse, publie une revue Cosmoglotta entièrement rédigée en Interlingue.

Voici  un échantillon de cette langue qui, par sa diffusion mondiale, constituera un des plus grands progrès de tous les temps:

Li introduction del lingue international ne plu es un utopie, ma un problema de practic tecnica. Ma li tecnica exige un lingue de inmediat comprension, quel on posse usar inmediatmen in omni circumstanties: publicita, comercie, exchanges scientific, conferenties international. Interlingue satisfa a ti conditiones.

Un lingue por congresses? Save vu que on posse parlar in li mult congresses de nor epoca in ti lingue comprendet per li majorité del present persones sin traduction in lor respectiv lingue national? Li auditores va comprender vos! It ne es necessi que ili ha studiat li lingue: lor instruction e un minimum de atention sufice.

Vu posse scrir in Interlingue a persones queles ne ha aprendet it, e queles ne mem conosse su nomine: ili va sempre comprender vos. Li experiment ha esset fat sovent Interlingue es comprensibil quasi sin studie a omni persones cultivat.

Si vu studia Interlingue, vu aprende li ver vocabularie international. Vu aprende un cose real e util quel va servir vos. Vu ne aprende paroles artificial e inventet, ma li fundament del lingues de cultura. Interlingue facilisa li studie del lingue national.


Courte grammaire de l'Interlingue

Infinitif: finatle -r. Exemples: fini-r, ama-r, deve-r

Adjectif invariable, finale inobligatoire -i. Exemples: micr-i

Adverbe: finale -men. Exemples: visibil-men, regulari-men

Verbe: Présent, le radical seul. Exemples: tu fini, il ama, noi deve

Passé: final -t. Exemples: Yo fini-t, vu ama-t, ili deve-t.

Futur, avec l'auxiliaire va. Exemples: il va finir, tu va amar.

Conditionnel, avec l'auxiliaire vell. Exemples: tu vell finir, tu vell amar.

Impératif: Ples ou le radical seul. Exemples:Plesfinir, ou Fini!

Participe présent: -nt. Participe passé: -t. Gérondif: -nte. Exemples: parla-nt, parla-t, parla-nte.

Article: li = le, la, les.

Masculin: -o. Exemple: cavall-o. Féminin: -a. Exemple: cavall-a.

Pluriel: -(e)s. Exemple: patres.

Pronoms personnels: yo, tu, il, ella, it (indéfini), noi, vu, ili.


Pages web sur l'Interlingue

L'Occidental

Groupe de discussion en Interlingue (Occidental)

Radicariumes de Sr. Josef Kehn e Sr.Sebastian Hartwig

Occidental, communication sin frontieras

Página de Ailanto

Pagina in li lingue russ de Sr. Sergey Belitzky

Créée par Martin Lavallée ©